La voix transféminine

Changer l'instrument

Les aspects physiques sont déterminant dans la perception du genre dans la voix parlée.
 
  1. Un souffle d’air est produit par les poumons
  2.  Il produit une fréquence en traversant les cordes vocales : c’est la hauteur du son
  3. Cette fréquence résonne dans le conduit vocal.

L’écart entre la fréquence des cordes vocales et la fréquence de résonance du conduit vocal est l’élément principal dans la perception du genre.

Les résonances

On peut découper notre instrument en trois zones :

  • R1 : le pharynx
  • R2: la bouche
  • R3: l’étirement des lèvres

La résonance R1 est la plus importante et la plus simple à travailler. L’objectif, c’est de parler avec le larynx en position haute pour diminuer la taille de la zone verte.

Pour comprendre de quoi on parle:

  • Pose la main sur ta gorge et avale. Tu sens la boule remonter ? C’est ton larynx !
  • Recommence mais cette fois, arrête-toi juste avant et maintiens le larynx en haut pendant quelques secondes (tu ne pourras pas respirer pendant ce temps)
  • Tu peux faire cet exercice un peu tout le temps quand tu y penses. Tu peux voir ça comme faire des pompes avec ton larynx !
L’objectif de cette section est de muscler et apprendre à contrôler les muscles qui permettent de déplacer le larynx.

R1 : faire remonter le larynx

Les exercices ci-dessous et les fichiers audios/vidéos sont issus de la vidéo (clique sur l’engrenage pour les sous-titres en français) de transvoicelessons. Je recommande d’aller regarder au moins une fois la vidéo pour avoir une idée générale.

La suite de cette section propose différentes approches pour entendre et travailler cet aspect. En t’appliquant à imiter les sons, tu imiteras aussi les 

Exercice 1: son [ɛ] sans tonalité

En procédant ainsi, on peut entendre directement la résonance.

On utilise le son [ɛ] (ai de aider, aimer). On déplace la résonance d’une position neutre jusqu’à une valeur féminine (ici de 600Hz à 1200Hz).

Écoute et essaie de reproduire les sons.

Le début d’un son s’appelle l’attaque. Quand tu as trouvé la résonance, tu peux essayer de produire un son. L’enregistrement commence par une attaque progressive puis une attaque directe.

Exercice 2: avec une plosive [pə]

On utilise le son [ə] (le, se). On déplace la résonance d’une position neutre jusqu’à une valeur féminine (ici de 450 à 1350).

Écoute et essaie de reproduire les sons.

L’enregistrement commence par un exemple du son, puis une fois sans tonalité et 4 fois avec tonalité.

Exercice 3: nasal [m]

On produit le son [m] en gardant les lèvres fermées. On déplace la résonance d’une position neutre jusqu’à une valeur féminine (ici de 400à 1600).

Écoute et essaie de reproduire les sons.

L’enregistrement commence par un exemple du son, puis une fois sans attaque, et une fois avec attaque.

Attention à ne pas monter en fréquence sans bouger la résonance, comme ci-dessous.

Exercice 4: voyelles tonales

On produit différentes voyelles en passant d’une résonance neutres à une résonance féminine.

Écoute et essaie de reproduire les sons.

L’enregistrement commence avec un exemple de résonance neutre puis de nombreuses variations avec différentes voyelles.

Exercice 5: bruit blanc

Cet exercice est à réaliser avec un téléphone ou équivalent.

Joue le son avec le haut-parleur devant/dans la bouche. 

Écoute la différence quand tu changes la position du larynx ou la forme de la bouche !

La hauteur de la voix

L’exposition à la testostérone fait grossir les cordes vocales. Ceci a pour conséquence de déplacer la plage de notes accessibles vers les graves.

MAIS

La fréquence à laquelle chacun.e parle dépend largement autant d’autres éléments (convention sociale par exemple) que de facteurs biologiques.

La hauteur, c'est la note sur le piano.

Nous sommes toustes capable de décaler notre fréquence moyenne vers le haut, le but c’est de redéfinir cette hauteur par défaut pour qu’elle se situe autour du La220.

Connaître ses limites

La clé pour parler naturellement, c’est de rester dans son registre modal et de NE PAS PARLER EN FALSETTO.

Les deux vidéos ci-dessous (montées à partir de la série Find Your Female Voice) proposent une première exploration pour comprendre de quoi il s’agit.

Exercice 1:

  • On va utiliser son HA en expirant de façon à pouvoir sentir l’air chaud sur la main devant la bouche.
  • En partant d’une note basse, on monte en fréquence, note par note, jusqu’à ne plus pouvoir expirer de la même façon. (On peut s’aider d’une appli de piano)
  • Le point ou la voix se “casse” correspond au passage dans le registre du falsetto.

Exercice 2:

  •  Cette fois-ci, on monte d’une traite en s’arrêtant juste avant le point de rupture
  • Une fois qu’on a trouvé son point de rupture, on peut essayer de maintenir une note juste en dessous de celui-ci.
  • Cette note peut servir de référence à ne pas dépasser (en général) lorsque l’on parle.

Augmenter sa fréquence moyenne

Essayer de faire tous ses exercices de voix à la fréquence visée est un moyen simple pour changer sa fréquence moyenne (exercices de résonances, d’articulations d’intonations etc.)

FYFV suggère de viser le DO247, soit légèrement au-dessus de la fréquence moyenne “féminine”. Cela permet de se donner de la marge, quitte à redescendre sa fréquence par la suite.

Psalmodier notre mantra (type “chant d’église” en restant sur la même note) peut aider à s’approprier cette note.

C’est surtout un bon moyen pour mettre en pratique nos progrès en résonance et timbre sans se préoccuper d’intonation, de rythme etc.

Augmenter notre amplitude vocale n’est en général pas nécessaire dans un premier temps pour obtenir une voix “féminine”.

Les points ci-dessous peuvent aider à augmenter sa tessiture.

  • Faire des gammes régulièrement en s’aidant d’un piano
  • Travailler juste en dessous de son point de rupture
  • Chanter à la limite de notre amplitude

Il s’agit plus d’un travail avancé de la voix que d’une première approche.

La finesse du timbre

Cette section est entièrement basée sur l’approche transvoicelessons (voir vidéo non sous-titrée) et utilise des extraits de ses fichiers audios.

Le document original en anglais est en lien sous le vidéo

La masse des cordes vocales est la deuxième différence principale entre l’anatomie “masculine”et l’anotomie “féminine”. Le but de cette section est de “féminiser” la masse des cordes vocales. On peut jouer sur cette masse via la configuration (fine/épaisse), la fermeture/ouverture des cordes covales et l’intensité du souffle. 

Le plus efficace pour féminiser sa voix consiste à travailler la finesse du timbre. La section est divisée en deux parties:

  1. Familiariser son oreille à la différence entre les configurations fines et épaisses
  2. Explorer les deux configurations via 10 exercices

 

Entraîner l'oreille

Les fichiers audios de transvoicelessons ont été coupés pour retirer l’anglais au maximum. Ils sont accompagnés d’indication concernant leurs contenus.

Je prévois à terme d’enregistrer des versions en français directement.

Exemples simples

Sons en vrac : configuration fine (0-17″) puis  épaisse (17″-26″) puis alternance 

Exemples avec une résonances masculine : d’abord fine, puis épaisse.

Exemples avec une résonane féminine : d’abord épaisse puis fine.

Comparaison sur son mantra :’Heat from fire, fire from heat’. D’abord épaisse, puis fine.

Exemples divers

Contre-exemple puis exemple lors d’exercices de résonances. 

Montée dans les aigus : d’abord en essayant de rester en configuration épaisse, puis en laissant le timbre s’affiner.

Collections de sons en configurations fines et épaisses

Entendre le point de bascule

Exemples du point de bascule entre les deux configurations.

Exemples du point de bascule lors d’une montée dans les aigus.

Exercices

Ces exercices sont inspirés de ceux de transvoicelessons.

Montée en fréquence pour obtenir la finesse

Bref souffle d’air chaud pour déstabiliser la configuration épaisse

[la plupart de cet audio est de transvoicelessons]

Imitation simple des sons produits par transvoicelessons.

[la plupart de cet audio est de transvoicelessons]

Entame de son : une configuartion fine permet des entames plus nuancées.

[la plupart de cet audio est de transvoicelessons]

Déclencheurs comportementaux : bailler, sanglotter, soupirer, parler comme à un bébé produisent naturellement un timbre fin.

Conduit vocal semi-obstrué : on utilise le son “mmh” pour parvenir à une configuration fine.

Exercice non-voisé

Les fausses cordes vocales (FCV)

Cette section est entièrement basée sur l’approche transvoicelessons (voir vidéo non sous-titrée) et utilise des extraits de ses fichiers audios.

Le document original en anglais est en lien sous la vidéo.

Les fausses cordes vocales (FCV) sont une sorte de paire secondaire située au-dessus des vraies cordes vocales.

Elles se contractent lors d’un effort ou de douleurs. Le son semble fatiguant, granuleux, rauque, tendu..

Elles se rétractent lorsque l’on a besoin d’air (rire, renifler, hâleter etc.). Le son semble plus clair et doux.

Comprendre et apprendre à la contrôler la contaction/rétraction est utile car :

  • on a tendance à contracter involontairement sous le coup de l’effort produit lors du travail de la voix. A l’écoute, on a alors l’impression que la personne produit un effort du seul fait de parler, ce qui ne parait pas naturel.  En comprenant le méchanisme on peut apprendre à le compenser.
  • rétracter les FCV permet d’accentuer encore la finesse du timbre (voir plus haut).

La suite de la section est divisée en deux parties:

  1. Familiariser son oreille à la différence entre la contraction et la rétraction des FCV
  2. Explorer les deux configurations

Entraîner l'oreille

Les fichiers audios de transvoicelessons ont été coupés pour retirer l’anglais au maximum. Ils sont accompagnés d’indication concernant leurs contenus. Je prévois à terme de ré enregistrer les différents fichiers audios, directement en français.

Exercices d'explorations

Les exercices ci-dessous sont proposés par transvoicelessons pour explorer et de se familiariser avec la contraction et la rétraction des cordes vocales. Les audios originaux ont été modifiés / ré-enregistré pour remplacer l’anglais par du français. 

Tousser, rire, raclement de gorge, chuchoter..

Section en attente de construction plus détaillée…

En attendant, Andrea James parle de rire, tousser et éternuer dans les exercices 47, 48 et 49 de FYFV (vidéo #7 ici)

Zehanna (transvoicelessons) parle de tousser dans cette vidéo : puisque notre cerveau accorde beaucoup d’importance au début des sons, on peut le “piéger” en ajoutant un son aigu juste avant de tousser :

  1. Produire un son aigu
  2. Tousser doucement
  3. Rapprocher les deux  jusqu’à ne former qu’un seul son
Zehanna (transvoicelessons) parle de se racler la gorge dans cette vidéo :
  1. toucher la gencive derrière les dents du haut avec la langue (cf schéma dans la vidéo)
  2. remonter la langue le plus haut possible contre le palais
  3. se racler la gorge doucement à une hauteur plus élévée