La voix transféminine

Pour commencer

L'objectif de ce site est de proposer une façon d'approcher le travail de la féminisation de la voix, sur laquelle s'appuyer. Il n'existe pas de règle ou de solution miracle et chacune est libre d'adapter ce guide à ses besoins et envies.

la suite de cette page propose:

Indispensables / bonnes pratiques

Les cordes vocales sont fragiles. Mieux vaut ne pas en faire trop d’un coup que risquer de se blesser. Il est important de s”hydrater régulièrement (même en dehors des temps d’exercices) et de prendre le temps de s’échauffer.

du temps

pour pratiquer quotidiennement

si possible, ~1h / jour pendant quelques mois

un enregistreur

pour s’enregistrer (très)  régulièrement

et prendre le temps de s’écouter

et d’analyser sa voix

s'échauffer

avant chaque séance

puis en début de journée

de l'eau

à boire par petites gorgées

pour maintenir tes cordes vocales hydratées

un lieu

isolé car  tu vas faire des bruits bizarres

pour se sentir en confiance

 pour de pas se mettre en danger si tu n’est pas out

Des trajets en voiture, en vélo, à pied dans une rue plus ou moins vide se prêtent très bien à de nombreux exercices !

Suggestion diverses

Cette suggestion est basée sur mon expérience personnelle et des textes et conseils glanés autour d’internet. Chacune se sentira libre de suivre le chemin qui lui semblera le plus approprié à ses envies et besoins.

J’ai reproduit ci-contre une sorte de schéma de principe produit par transvoicelessons.

Dans un premier temps
  • Si tu es complètement novice, explorer les différents muscles (voir section suivante.) peut être un bon début.
  • Parcourir rapidement le site pour se faire une idée générale.
  • Il y a deux raccourcis pour féminiser sa voix : la résonance & la finesse du timbre.
  • Ne pas se focaliser sur un seul aspect. Passe d’une catégorie d’exercices à une autre. Par exemple, travaille la finesse du timbre puis mets en pratique avec des exercices de résonances. Ou encore, travaille ta hauteur après t’être exercée à la résonance etc.
  • Ne pas hésiter à complètement laisser de coté la partie interprétation dans un premier temps. Tu pourras y revenir plus tard.
  • Ré-utiliser la même phrase pour différents exercices aide à incorporer les progrès fait dans d’autres domaines.
    Quitte à répéter une phrase des milliers de fois, autant choisir un mantra qui nous plaît ( fyfv: “this is the voice I want to use”, transvoicelessons: “heat from fire, fire from heat”, le mien : “mauvais genre mais genre de fille”)

On pourra se convaincre de l’importance du travail de la résonance avec cet extrait d’une des premières vidéos de Zehanna (transvoicelessons)

Dans un second temps

D’une façon générale, mettre en pratique au maximum sa nouvelle voix va permettre les progrès les plus rapide.

Plusieurs idées en vrac autour de cette idée:

  • appeler des numéros gratuits / appeler un restaurant / etc
  • enregistrer des conversations téléphoniques avec un.e ami.e imaginaire
  • enregistrer de vraies conversations avec des gens (avec leur consentement !)
  • trouver des ami.e.s avec qui vous vous sentez à l’aise pour replacer votre voix au beau milieu de la conversation

Chanter régulièrement est un atout dans le travail de la voix. Cela peut être un bon moyen pour, par exemple:

  • mettre en pratique les exercices
  • travailler à projetter sa voix (cf nombreux tuto sur youtube)
  • travailler à augmenter son amplitude vocal
  • travailler la respiration
 

Premières explorations

La production de la voix est un mécanisme complexe. 

Dans ses vidéos, Andrea James propose une série d’exercices exploratoires pour se familiariser avec les différents muscles. 

Le résumé des exercices proposés par Andrea James se trouve en-dessous des vidéos. 

Pour tous les exercices, applique-toi à ressentir les différents muscles qui sont mis en jeu. 

  1. Bailler en touchant son larynx. Cela permet d’ouvrir sa gorge au maximum.
  2. Pousse ta langue vers le bas et regarde ce qu’il se passe au fond de ta bouche quand tu fais des sirènes et quand tu avales.
  3. Racles-toi le haut et le bas de la gorge.
  4. Fais comme si tu faisais remonter un crachat. Ca compresse ta gorge du bas vers le haut.
  5. Fais des gargarismes, d’abord sans ton, puis avec un son ‘ah’ puis des sirènes.
  6. Reproduis le son “geuh” du début du gargarisme.
  7. Place ta main devant ta bouche et expire comme pour refroidir la soupe.
  8. Maintenant, expire comme pour réchauffer tes mains. Tu perçois la différence ?
  9. Fais des soupirs contrariés. Fais varier la hauteur du soupir.
  10. Si tu le fais suffisamment bas, on dirait que tu es à bout de souffle. Tu sens la différence ?
  11. Ajoute des voyelles aux soupirs. Essaye avec ‘i’, ‘ay’ et ‘o’. La forme de la bouche change pour produire les voyelles.